Dressage d’une soumise Chapitre 3 : première séance

Dressage d’une soumise Chapitre 3 : première séance

Cher journal,

Nous sommes le 11 décembre 2018, et aujourd’hui, je ressens une excitation toute particulière. Comme je te l’ai déjà raconté, il y a quelques jours j’ai rencontré un Homme Dominant. Notre rencontre s’est bien déroulée et cet après-midi, nous avons rendez-vous. Dans cet appartement que je ne connais pas.

Dressage d’une soumise

Il est 14h38. J’ai 38 minutes de retard, et la boule qui me tient le ventre s’alourdit au fur et à mesure que les minutes défilent, tandis que je suis coincée dans les bouchons. J’aurai dû être plus prévoyante !

Il est donc 14h38 lorsque je franchis la porte de l’appartement de mon ; je l’espère; futur Maître. Quelle ne fût pas ma surprise lorsque je ne vis que des murs et des sols nus. Pas de meubles. Pas de vie apparente dans ce lieu sombre et froid. Et il se tient là, droit devant moi à me regarder avec une pointe de colère mais également beaucoup de douceur.

« dressage d’une soumise« 

A mon grand étonnement, le lieu m’excite malgré son aspect désaffecté. Nous nous installons donc dans une petite pièce au fond de l’appartement. Moi à genoux, Lui assis contre le mur. Mon cœur bat la chamade, et j’attends avec impatience le sort qui m’est réservé. Je dois dire que c’est la première fois que je me retrouve à genoux devant un Homme, et un sentiment puissant de bien-être et d’excitation telle que je n’ai jamais ressentie m’envahissent. Je sais à ce moment que j’ai trouvé MA place, qu’elle soit auprès de cet Homme ou non, je suis faites pour être soumise. J’attends donc. Je ne sais pas exactement quoi d’ailleurs, je n’ai jamais vécu de situation semblable.

Au bout d’un interminable moment ; oui, la patience est quelque-chose que je dois apprendre ; Il sort de sa poche le questionnaire qu’il m’avait envoyé peu de temps auparavant. Et me le lis, ligne par ligne, avec toutes les réponses que j’y ai mise. Un grand moment de solitude et de honte m’envahit lorsqu’Il m’explique en détail toutes les pratiques décrites, lorsque je me rends compte que je n’ai pas compris la moitié d’entre elles et que mes réponses sont donc totalement à côté de la plaque… Ça n’a pas l’air de le déranger mais au contraire de le faire rire. Je crois que mon innocence et mon côté totalement novice Lui plaisent…

Après avoir passé une bonne heure à parler de ce fameux questionnaire, il me demande si j’ai envie de visiter son appartement. Je lui réponds « oui » naïvement, sans savoir qu’à ce moment là, il fermerait mon premier collier autour de mon cou et y accrocherait la première laisse… Je me retrouve donc à 4 pattes, tenue en laisse aux pieds d’un Homme que je connais à peine mais que j’ai irrésistiblement envie de découvrir. La situation est tellement normale et apaisante pour moi que j’ai du mal à m’expliquer pourquoi je ne me suis pas lancée dans le BDSM plus tôt. Ma seule contrariété est le fait d’avoir sali mes vêtements sur le sol poussiéreux de cet appartement en travaux (ce qui ne manque pas de N/nous faire rire aujourd’hui).

C’est tout ce qui se passera cet après-midi là. Ça n’est pas grand chose, c’est vrai. Mais pour moi, c’est tout un Monde qui s’est ouvert, et ma vie entière qui fût bouleversée lorsque j’ai sentie le poids de ce collier sur ma nuque.

Nous avons conclu cette journée autour d’un bon verre de vin, et c’est à la fin de la soirée que je sus que l’Homme assis en face de moi, l’Homme devant qui je m’étais agenouillée pour la première fois de ma vie, l’Homme qui m’avait fait porter un collier pour la première fois, avait le même désir que moi.

Enfin je commande mon dressage d’une soumise

A partir de ce moment là, nous sommes devenus N/nous.

Quelques jours plus tard, j’entrainais Maître dans une soirée BDSM…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Pinterest
Instagram