Dressage d’une soumise Chapitre 1 : la Découverte

Cher journal,

Nous sommes le 06 décembre 2018 et pour la première fois je vais rencontrer l’Homme qui sera désormais mon Maître. Mais avant cela, j’aimerai te raconter comment et pourquoi j’en suis venue au BDSM.

Dressage d’une soumise

Les raisons de nos attirances pour telle ou telle sexualité, telle ou telle pratique, ne s’expliquent pas. Ce sont des choses enfouies en nous, et qui peuvent le rester si nous n’avons jamais le courage de les faire Vivre.

Pour ma part, le BDSM, et plus particulièrement dans sa composante « soumission » a toujours fait partie de ma vie, de mes fantasmes les plus secrets. Et pendant longtemps je n’ai pu y mettre un nom, ce Mode de vie restant encore aujourd’hui assez tabou.

Mes fantasmes donc. Depuis que j’ai atteint l’âge de penser sexualité, j’ai compris que ces derniers étaient bien différents de ceux des autres personnes qui m’entouraient. Qui rêve d’être l’esclave d’un seigneur dans son donjon (au sens propre du terme) ou la prisonnière d’un méchant corsaire ? Et bien, moi ! Cela paraissait fou à l’époque, et je pensais ne pas être normale.

La normalité, parlons en justement. Beaucoup de personnes sont attirées par le BDSM ou semblables pratiques mais n’osent pas se lancer car ont peur d’être « anormales ». Je ne me suis pas posée la question très longtemps. Car il faut vivre. Il faut vivre Sa vie, sa nature, sans avoir peur du regard des autres. Lorsque j’ai découvert ce mot, BDSM, j’avais 20 ans, et je dois dire que ce jour fût libérateur. Car j’ai compris que c’était cela qui m’attirait au plus profond de mon être. J’ai compris que je n’étais pas toute seule. J’ai compris que je n’étais pas « bizarre ». Je me suis donc intéressée de plus prêt à ce qui est devenu mon Mode de Vie. Car oui, d’une pratique sexuelle bizarre et « déviante » ; comme les autres, ceux qui ne comprennent pas ; l’appellent, le BDSM est bel et bien devenu un Mode de Vie. Qui me permet de m’épanouir chaque jour, aux pieds de mon Maître.

Mon Dressage d’une soumise

Chacun de nous est différent, mais l’Amour du BDSM et de ses pratiques ne fait pas de nous quelqu’un de mauvais, et je l’ai compris il y a un peu plus d’un an et demi lorsque je me suis inscrite sur FETLIFE et que j’y ai fait mes premières rencontres.

Oser vivre, oser Aimer à ma manière, aux pieds d’un Homme, enchainée à son service. Voilà ce qui fait de moi qui je suis aujourd’hui.

Arrêtez de vous poser des questions, foncez et Vivez. C’est tout ce que j’ai fait.

Pour en revenir à mon histoire, vint donc la rencontre avec mon futur Maître. Plus que quelques minutes avant de pousser la porte du bar…

Suite au prochain épisode.

1 Comment Write a Comment

  1. Pauline Répondre

    Je trouve votre texte vraiment beau et authentique. Il est clair que ce que vous expliquez, ce que vous ressentez vient de quelque chose qui est profondément ancré en nous. Merci pour ce partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Pinterest
Instagram